Les chiens ont-ils de la jugeote ?

Les chiens ont-ils de la jugeote ?

Un chien plutôt rustique et un peu «brute» est capable de se montrer délicat de sa propre initiative ? La mésaventure de deux Huskies fugueurs nous inclinerait à le croire.

Les chiens sentent-ils à qui ils ont affaire et sont-ils capables d'adapter leur comportement aux personnes qu'ils rencontrent, en tenant compte de leur spécificité ? On a envie de le croire quand on voit comment deux Huskies ont réagi au cours d'une fugue.

La cavale

Finch et Fellow prennent la poudre d'escampette en sautant par dessus le mur d'enceinte de leur pavillon de banlieue : une cavale de trois jours s'organise aussitôt, pleine de rencontres canines, de senteurs inconnues, de nuits à la belle étoile. Jusqu'à ce que la faim se fasse sentir, au moment même où des giboulées printanières rendent la promenade pénible. Ils s'abritent sous le saule pleureur d'un jardin privé et se couchent sagement en attendant qu'on vienne les chercher comme à l'habitude.

Tout en douceur

Désolée de les voir mouillés et seuls, la propriétaire des lieux, une dame qui marche avec des cannes anglaises, va les récupérer et ils la suivent docilement. Lorsque leur propriétaire vient les chercher, il s'inquiète de savoir si ses chiens, qui le traînent sans répit au bout de la laisse au cours des promenades, ne lui ont pas donné trop de mal.

Un comportement adapté

«Pas du tout, répond la dame. Ils sont très gentils : je suis allée les chercher avec la laisse de mon petit caniche et ils ont réglé leurs pas sur les miens !» Evidemment, sitôt rentrés chez eux, les deux chiens de traîneau ont recommencé à prendre leur propriétaire pour un paquet à livrer d'urgence...